Nous le savons : le digital bouscule les entreprises : business, relations au travail, sécurité des données, robots assistants… A quoi ressemble l’entreprise idéale 2.0 ?

Dans le cadre du mois du Numérique organisé par la CCI Val d’Oise, SmartMag, le magazine des nouvelles intelligences de viàGrandParis a interrogé des témoins sur l’évolution numérique et ses enjeux : transition digitale, cyber sécurité, RGPD…

Quelles sont les caractéristiques de l’emploi d’aujourd’hui et de demain ? Il faut souligner qu’il se diversifie et se transforme : Il n’y a pas forcément de disparition d’emplois, de remplacements. La situation est très diversifiée.

C’est une évolution, par rapport au modèle du salariat, sans être pour autant une révolution. Le travail indépendant a déjà été important en proportion avant que le salariat s’impose.

La transition, grand défi des prochaines années

L’intelligence numérique cognitive, la robotisation, les objets connectés, le big data provoquent une évolution du travail, elles se diffusent dans toute l’économie. Nous entrons en effet dans la seconde phase du développement numérique. Après la première étape, qui est la simple imitation de la pensée logique, les prochaines années verront l’avènement d’une véritable intelligence cognitive. Cette intelligence est capable d’imaginer des solutions, d’interpréter des données, même imparfaites.

Cette évolution pose un défi majeur : celui de la transition des entreprises quel que soit leur taille vers cette économie numérique avancée.

Et la transition devrait aller vite, car la numérisation permet d’ores et déjà d’améliorer productivité et coûts du travail pour l’entreprise. Les premiers emplois concernés sont bien évidemment les métiers manuels. Selon une étude du Guardian 2015 :

Quand une délocalisation permet d’économiser jusqu’à 65% sur le coût du travail, une robotisation peut le réduire de 90%.

Du salariat, au freelancing, au slashing

Si les impacts de la robotisation sur nos structures socio-économiques sont incertains, l’« uberisation » apparaît comme un nouvel avatar, aux impacts encore bien plus incertains. Les nouveaux acteurs et usages numériques viennent rompre la cloison vie personnelle/vie professionnelle ou autorisent plus que jamais le travail nomade ou en mobilité et, surtout, en recourant de plus en plus massivement à une main-d’œuvre indépendante et à des formes de travail hybrides.

Les individus travaillent pour plusieurs organisations en même temps, par-delà les frontières et les décalages horaires.

Le recours à l’externalisation et à la sous-traitance s’intensifie pour répondre au besoin d’une économie plateformisée et collaborative, mais surtout fonctionnant sur le mode « à la demande ».

85% des emplois en 2030 n’existent même pas encore aujourd’hui !

L’avenir de l’économie serait-il écrit d’avance ? Vingt experts du domaine numérique (universitaires et professionnels), invités par Dell et l’« Institut pour le Futur, un Think Tank californien, se sont réunis en 2017, afin d’anticiper les nombreux changements à prévoir pour le monde de l’entreprise et du travail. Et le résultat semble spectaculaire : d’après l’étude parue à la suite de leurs analyses, 85% des emplois en 2030 n’existent même pas encore aujourd’hui. En cause : Les nouvelles technologies provoquent une évolution du travail. Elles se diffusent dans toute l’économie. Aussi, il est primordial que les entreprises, quelle que soit leur taille, puisse prendre ce virage numérique afin d’assurer leur pérennité et leur compétitivité.