6 façons de bien communiquer sur les réseaux sociaux

diverse-people-with-social-media-icons-PP563NG.jpg

La question actuelle n’est plus pourquoi utiliser les réseaux sociaux, mais comment. Pour donner un aperçu en chiffres : selon le blogdumoderateur.com, sur les 7,6 milliards d’habitants, 4,1 milliards sont internautes (54%) et 3,3 milliards sont actifs sur les réseaux sociaux (soit 43% de la population mondiale) : Facebook avec 2,2 milliards, Youtube avec 1,5 milliard, WhatsApp avec 1,5 milliard, Instagram 1 milliard etc.

En parallèle de l’audience potentielle phénoménale que ces trombinoscopes apportent aux contenus, le coût est aussi une des principales raisons pour laquelle les marketeurs se penchent sur l’ère digitale : le retour sur investissement est immédiat.

Bien définir sa cible pour bien définir son réseau social

Tout d’abord, l’ambition, c’est bien. Mais comme tout bon combattant, il faut connaître le terrain avant de se lancer dans le champs de bataille. Il faut définir son objectif (politique de communication pour accroître sa notoriété ou politique de commercialisation pour communiquer sur les offres etc), pour ensuite définir le persona marketing que l’on va cibler.

Une fois la cible identifiée, on choisit le meilleur réseau social qui correspondra à nos objectifs.

Nous vous donnons 6 façons de bien communiquer sur les réseaux sociaux pour réussir votre campagne publicitaire.

  • La création d’un compte professionnel

Soyez visible en tant que personne. Que ce soit un compte Facebook Pro,  LinkedIn ou Viadeo, en tant que personne, nous utilisons le réseau professionnel pour établir un premier contact avec les prospects. Une fois le réseau établi, vous disposez d’une base solide qui vous suivra mais qui pourra aussi vous conseiller sur le lancement de votre projet.  

  • Le display

Le display a rapporté en 2017, 1,450 million d’euros en France dont 48% de social et +59% de croissance sur mobile largement boosté par les réseaux sociaux : +76% selon SRI France.

Le display est un mode de publicité reposant sur la mise en ligne d’éditeurs mettant à la vente des encarts publicitaires et des annonceurs souhaitant communiquer (en général il inclut toutes les formes de publicité sur internet qui utilisent / se basent sur des éléments graphiques, visuels). Il représente 78 % du marché de la publicité digitale et répond souvent à des objectifs de branding (notoriété, visibilité). Elle est très présente sur les réseaux sociaux.

Il y a deux formats : classique (bannière simple, skyscraper, carré, fenêtre pop-up…) et rich media (animation, objet en mouvement, expand banner).

Le modèle économique utilisé pour calculé le coût des bannières publicitaires web est le « CPM », le coût pour mille impressions. A chaque fois que la bannière s’affiche à l’écran d’un internaute lors de sa navigation, une impression est comptabilisée. 

  • La vidéo publicitaire (Youtube)

Youtube est la plateforme vidéo de référence. Elle permet une diffusion à moindre coût. La rémunération se fait au CPV (Coût par vue) : tant que l’internaute ne regarde pas jusqu’au bout, l’annonceur (vous) ne dépense rien.  

D’ici 2021, Cisco estime que 82% du trafic internet sera consacré à la vidéo. C’est un format facilement « viral », qui attire naturellement l’attention des internautes et permet de gagner la confiance de ceux-ci avec le côté « humain ». Selon une statistique marketing, 76 % des internautes préfèrent les vidéos aux autres formats de contenus. Ce qui prouve que les utilisateurs choisissent de s’informer et recevoir des messages de façon animée que de lire. La vidéo est donc un incontournable dans votre stratégie de contenu.

Il existe plusieurs types de formats :

  • L’annonce « TrueView Instream » est le format le plus populaire : la vidéo publicitaire diffusée avant les vidéos Youtube. L’annonceur ne paye la plateforme que si l’internaute visionne la vidéo plus de 30 secondes ou l’intégralité si elle dure moins de 30 secondes.

  • L’annonce « TrueView Insearch » : votre annonce apparaît dans les résultats de recherche de Youtube. On ne paye lorsque l’internaute choisit de voir une vidéo.

  • L’annonce « TrueView Inslate » : l’internaute à un choix de trois annonces qu’il peut visionner avant, pendant et après la vidéo YouTube qu’il souhaite regarder. Ce format est proposé pour les vidéos YouTube de longue durée, soit plus de 10 minutes. Vous ne payez que lorsque l’internaute choisit de visionner votre annonce.

  • L’annonce « TrueView Indisplay » : votre vidéo publicitaire est présentée à côté des vidéos YouTube. Les internautes cliquent pour lire l’annonce s’ils sont intéressés.

  • Le webinaire

Le webinaire est un « séminaire » (conférence) diffusé sur le Web, en d’autres mots une vidéo d’un expert qui fait une présentation en live avec un chat pour permettre aux internautes d’interagir avec l’expert (ou à l’oral). Le présentateur rebondira et précisera des sujets, suite aux remarques et questions de ses participants. La durée d’un webinaire varie entre 20 min et 1 heure.

Un webinaire peut remplacer la participation à un salon ou à un workshop et être un gain de temps considérable. Le spectateur peut le suivre depuis son lieu de travail, en transport, chez lui et peut quitter la présentation s’il n’est plus intéresser. Il est ouvert à tout le monde et est souvent gratuit.

  • Varier les types de contenu

Il y a des contenus dits « chauds » : qui ont une durée de vie ponctuelle (en général pour des news, ex : promotion, offre spéciale…) et des contenus « froids » : qui ont une durée de vie plus longue (en général un contenu informatif, descriptif pour valorise notre expertise).

Dans tous les cas : privilégiez les formats courts et percutants, idéaux pour une diffusion rapide (et virale) sur les réseaux : vidéos, images, posts courts avec émoticônes… Enfin, ayez en tête que tout type d’actualité est exploitable, dans la mesure où cela permet de valoriser votre entreprise et vos actions.

L’objectif n’est pas de publier le même contenu sur tous les réseaux sociaux, mais de les adapter en fonction de l’outil utilisé de façon complémentaire.

  • Adapter le contenu au réseau social

Chaque réseau social a une cible différente, et donc un contenu différent. Il est donc important de réfléchir sur le format du contenu à poster. Etablissez un planning éditorial pour définir à l’avance ce que vous allez poster.

En voici quelques exemples :

Facebook est l’incontournable pour son contenu viral et très diversifié, notamment pour les vidéos (1 publication sur 2 dans le fil d’actu) qui sont en général très courtes (5 à 15 secondes). Facebook est l’idéal pour mettre en avant votre marque avec un contenu moins formel.

Twitter oblige à avoir un contenu limité à 280 caractères, donc l’information doit être synthétique et clair. Les hashtags augmentent les chances d’être lu et retweeté. Il impliquera plus de réactivité et d’interactivité avec les internautes pour renforcer les liens avec les abonnés. La diffusion est nettement plus rapide que les autres réseaux sociaux. La e-Réputation doit être maîtrisée car elle peut facilement faire face à un Bad-buzz (qui peut aussi s’expliquer par une expression non censurée due à l’anonymat des utilisateurs).

LinkedIn est le réseau social professionnel numéro 1 qui permet de montrer votre expertise, avec des articles plus détaillés sur notre marque. Les interactions entre membres sont facilitées, mais conservent ici un caractère professionnel.

Instagram est le réseau social de l’esthétique : de belles photos et vidéos courtes, accompagnés de hashtags. On misera donc sur le soin porté à la présentation, le message que l’on veut passer à travers l’image. Une photo est 60 fois plus «engageante» (60 fois plus de «like» ou de commentaires) qu'un post sur Facebook car l’internaute est plus attiré par le visuel que par la lecture.

Pinterest se focalise sur les contenus « touristiques ». Ce sont des contenus visuels présentés sur un tableau de liège virtuel. Des informations peuvent être ajoutées avec la photo (géolocalisation...).


Toute entreprise se doit désormais d’intégrer une stratégie digitale sur le Web dans un monde de plus en plus connecté et en mobilité. L’information et les tendances du marché évoluent en continu et le manque d’anticipation de la concurrence ou une mauvaise gestion de l’e-réputation peut porter préjudice sur l’offre de la marque déjà obsolète ou un bad-buzz engendré par des rumeurs, des avis négatifs amplifiés par la rapidité de l’information. Une bonne communication est primordial pour la santé de votre entreprise et se définit donc par une bonne relation avec ses clients.

Si vous désirez des conseils personnalisés de l’un de nos super-experts, contactez-nous !